livretv2r

Une conception de l’entrepreneuriat .

23 juillet 2013

L’entrepreneuriat s’exprime dans de nombreux domaines (art, culture, sport, économie sociale et solidaire, haute technologie, etc.) pouvant se combiner et relève de la sphère privée ou de la sphère publique.

Les formes naissant du phénomène entrepreneurial sont diverses : firme, association, parti, etc.

L’entrepreneuriat ne se réduit pas à la création d’entreprise ; il peut concerner certaines reprises d’entreprise ou certains développement d’une organisation (privée ou publique).

L’acteur central du phénomène entrepreneurial reste « l’entrepreneur ». Il ne faut pas le confondre avec le « dirigeant » d’entreprise, car ce dernier n’est pas, selon les modèles modernes, forcément un entrepreneur. Par contre, un salarié peut être un entrepreneur (cf. la notion d’intrapreneuriat). Autrement dit, il est possible qu’un individu entreprenne pour son propre compte, mais il peut aussi entreprendre pour le compte de l’organisation qui l’emploie.

Ce qui veut aussi dire que les sensibilisations à l’entrepreneuriat auprès des jeunes concerne tous les étudiants, car si on veut que nos entreprises entreprennnent (ce qui n’est pas anormal…) ou plus largement que la société soit dynamisée par l’impulsion initiée par des porteurs de projet, encore faut-il apporter aux étudiants les clés pour entreprendre (démystification de la figure de l’entrepreneur, méthode pour entreprendre, accompagnement, etc.). L’entreprise, au sens dynamique du terme, est un moteur économique et/ou social que le système éducatif doit susciter, expliquer, démystifier.

Evidemment, à ces quelques propos, il faudrait ajouter ce qui est téléchargeable dans le menu « Publications »

thierry-verstraete.com

Mots-clés :